Olga de Soto et la mémoire : autour du Jeune Homme et la Mort et de La Table Verte

Le travail de la chorégraphe Olga de Soto porte principalement sur la question de la mémoire. Histoire(s) et Débords ont été crées après un travail de recherche historique autour de deux chefs-d’oeuvre de la danse contemporaine, Le Jeune homme et la Mort  (chorégraphie de Roland Petit, et livret de ballet de Jean Cocteau), et La Table verte (chorégraphie de Kurt Jooss).

    Histoire(s) © Gautier Deblonde

Histoire(s) est l’aboutissement d’un projet de recherche autour de la réception du Jeune Homme et la Mort. Invitée à créer une pièce en hommage à ce spectacle,  Olga de Soto s’étonne de cette proposition et, a fortiori, du retentissement qu’a eu cette œuvre dans l’histoire de la danse. Elle affirme qu’il « y avait quelque chose qu’[ellene comprendrait pas tant qu’elle n’irait pas à la recherche de gens qui étaient dans la salle le jour de la première le 20 décembre 1946. » La chorégraphe commence alors une enquête assez périlleuse et tente de trouver les spectateurs qui auraient vu le Jeune Homme et la Mort lors de sa création. Elle répertorie toutes les personnes ayant participé au spectacle, mais la liste des noms correspond en majorité à des personnes décédées. C’est surtout grâce à la publication d’une annonce qu’Olga de Soto trouve des témoignages. Elle décide alors de filmer les entretiens qui constituent dorénavant la majeure partie de Histoire(s). Elle interroge les spectateurs sur leur ressenti, sur ce dont ils se souviennent, sur l’impact que l’oeuvre aurait eu dans leur vie. Dans ce spectacle, affirme-t-elle, « les mots se substituent à la danse ».

Débords © Dolores Marat

Crée en 2012, Débords est une pièce consacrée à La Table Verte de Kurt Jooss. Olga de Soto s’intéresse encore à l’inscription historique de cette œuvre mais ses recherches s’inscrivent ici dans un temps plus long : elle ne se concentre plus uniquement sur la première représentation, mais sur les moments qui l’ont précédé et qui lui ont succédé. La Table verte est présentée la première fois le 3 juillet 1932 au Théâtre des Champs Elysées, entre le moment où Hitler reçoit 30% des suffrages aux élections et le moment où il devient Chancelier. La pièce de Jooss, qui dénonce notamment la montée du fascisme, a alors un retentissement inattendu. Ainsi la chorégraphe s’intéresse-t-elle à l’ampleur de ce retentissement en recueillant les témoignages des danseurs de la compagnie Jooss mais aussi ceux des spectateurs de différents pays. Olga de Soto, en portant principalement son attention sur la réception de ces deux pièces, mêle l’histoire de la danse à l’histoire politique et sociale en nous incitant alors à considérer ces deux chefs-d’oeuvre d’une nouvelle façon.

Des extraits des spectacles sont disponibles: Débords, Histoire(s).

CONSTANCE VIDAL-NAQUET est étudiante en Master de Théorie de la littérature et pratique la danse contemporaine depuis une dizaine d’années. Elle participe également à la rédaction de The Dancing Plague.

Vous avez aimé ? Partagez cet article !
Poster un commentaire