Misty Copeland

Ce solo de Misty Copeland, chorégraphié en 2012 par Marcelo Gomes (son partenaire à l’American Ballet Theater), date d’avant la consécration ultime de la danseuse : le 30 juin dernier, elle est en effet devenue la première danseuse noire à devenir Principal Dancer à l’ABT. Une reconnaissance importante pour un parcours personnel atypique – elle ne commence la danse qu’à 13 ans -, mais aussi pour l’ensemble de la communauté afro-américaine, sous-représentée dans le ballet (un sujet qui fait d’ailleurs la couverture du magazine Pointe en 2014). Ce n’est ainsi qu’en 1956 que le New York City Ballet nomme pour la première fois un Principal Dancer noir, Arthur Mitchell (pour lequel Balanchine créa Agon, censuré de ce fait par la télévision américaine). Ce dernier fondera plus tard le Dance Theater of Harlem, pour enseigner et diffuser la danse classique dans une communauté qui n’y avait jusque là que très peu accès. Misty Copeland, elle aussi, s’est constituée en porte-étendard d’une danse qui ne serait plus uniquement blanche et gracile, au gré de prises de rôles médiatisées et d’une campagne publicitaire marquante (I Will What I Want pour la marque Under Armour, chorégraphié également par Marcelo Gomes).

Vous avez aimé ? Partagez cet article !
Poster un commentaire