Lectures d’été (1) : Danses noires blanche Amérique

Danses noires/blanche Amérique est d’abord le titre d’une exposition qui s’est tenue en 2008/2009 au Centre National de la Danse – le livre de Susan Manning en constitue le catalogue, riche d’un fonds iconographique précieux. Mais au-delà des images qu’il déploie, c’est avant tout pour son texte riche et bien documenté qu’il mérite le détour. Susan Manning, chercheuse (blanche) américaine en Dance Studies, y résume un siècle de danses et parvient à embrasser leurs complexités tout en offrant au néophyte une lecture aisée – notamment par le biais d’un glossaire explicitant les termes les plus techniques. Elle offre ainsi sur les questions qu’elle aborde une perspective globale et problématisée, susceptible d’intéresser le lecteur quel que soit son niveau d’érudition.

Le mérite du livre, outre d’aborder une thématique relativement méconnue en France – car fondamentalement américaine –, est sans doute de ne pas enfermer les chorégraphes qu’il aborde dans un genre ou un style chorégraphique et ainsi de dépasser les catégorisations traditionnelles (jazz, hip hop…). On peut ainsi suivre le parcours d’Arthur Mitchell, premier danseur classique noir mis à l’honneur par Balanchine, qui fonda le Dance Theater of Harlem pour initier les populations noires défavorisées au répertoire du ballet blanc… Mais le livre est également l’occasion de mieux comprendre les dialectiques internes à certains courants chorégraphiques, et surtout, de questionner ce en quoi ils peuvent être éclairés par leur ancrage dans la culture afro-américaine – à l’instar du modern jazz, pris entre l’influence d’une danse moderne blanche et un africanisme revendiqué. Dans la lignée des Cultural Studies, Susan Manning ne fait pas tant l’histoire d’œuvres et d’artistes marquants que le récit d’une Amérique dont la scène chorégraphique révèlerait les fractures. Les questions esthétiques sont dès lors toujours abordées par le prisme des questions politiques, de la ségrégation à l’élection de Barack Obama en passant par la lutte pour les droits civiques. Un projet et un parti-pris clairement annoncés par le titre… Les éditions du CND offrent donc là un ouvrage de vulgarisation éclairé qui fait référence sur le sujet, et plus largement sur la problématique de la danse comme matrice d’identité culturelle.

Susan Manning, Danses noires blanche Amérique, Pantin, Centre National de la Danse, 2008.

Vous avez aimé ? Partagez cet article !
Poster un commentaire